DAVID HALLYDAY – VEN 14.07.17 à 18h45

Quand il chante, il parle à quelqu’un. Les yeux dans les yeux. Il ne fuit pas, jamais, il veut que la lumière écrase les ténèbres. Quand il chante, il parle à quelqu’un. Peut-être une femme. Peut-être l’humanité. Ici, ce qui compte, c’est ce qui existe entre les lignes, c’est ce qu’on va chercher une fois les premières émotions dépassées. En 2016, l’homme communique H24 mais n’échange plus. Il a peur, il se devine, se dessine même, un avenir sombre. Il n’est plus connecté qu’à son téléphone. Les bombes pleuvent, la nature hurle, les rêves sont piétinés et rien. Absolument rien. Figé, terrassé par l’immensité de la tâche à accomplir, l’Humain piétine et se regarde dans un miroir qui bégaye les évidences. Un miroir qui brouille les pistes, déforme les images. Annonce le pire?

David Hallyday n’est pas du genre à (se) laisser faire. À attendre le chaos comme si de rien n’était. Son nouvel album, “Le Temps d’une Vie”, entièrement en français, enregistré à Londres, co-réalisé avec Dimitri Tikovoï (Placebo, The Horrors…), et avec Arno Santamaria et Lou à la plume, se joue des codes, des habitudes, transperce les genres et les degrés, assume une pop de combat, où sonorités électroniques, rythmes urbains, accords mineurs et esprit rock pactisent le temps de dix chansons fières, habitées, mélancoliques et puissantes.